L Accueil |
Image-Description
Pradel Henriquez

Pradel Henriquez est né à Port-au-Prince en août 1964. Après ses études en arts plastiques à l'École nationale des arts (Enarts) en Histoire de l'Art et Esthétique à l'Université Jean Price Mars, il obtient par la suite, à la Formation internationale Culture (Paris) un diplôme d'Études supérieures spécialisées (DESS) en gestion et politiques culturelles, validé par l'Université de Bourgogne, à Dijon. Ancien Professeur de littérature française à l'Institution Sainte Rose de Lima de 1997 à 2005. Ancien président du conseil d'administration du Centre Culturel Pyepoudre, à partir de 1989. Ancien membre de l'AICA, Association internationale des critiques d'art, il est par ailleurs journaliste culturel et a collaboré activement avec le quotidien haïtien, Le Nouvelliste, ainsi qu'avec des revues culturelles étrangères spécialisées en littérature ou en politique culturelle. Il a reçu une formation destinée aux patrons des médias francophones à travers le monde en management audiovisuel à l'École Nationale d'Administration publique (ENA) en 2011, à Paris. Entre 1988 et 2020, soit plus de 30 ans, il est resté tantôt cadre, tantôt conseiller technique ou consultant pour la Congrégation religieuse des Petits Frères et des Petites Soeurs de l'Incarnation (PFI-PSI). En 2004, Pradel Henriquez, après avoir été directeur à la création artistique et littéraire au ministère de la Culture et de la Communication, est promu directeur général du Musée du Panthéon national haitien (MUPANAH). Puis, directeur général de la Télévision nationale d'Haiti (TNH) et de la Radio nationale d'Haïti, de 2006 à 2012. Il est nommé directeur de Cabinet de Jean-Michel LAPIN, ministre de la Culture et de la Communication, de septembre 2018 à mars 2020. De mars 2020 à juillet 2021, il fut ministre de la Culture et de la Communication. Ces publications dans les journaux haïtiens et étrangers sur les arts et la littérature sont nombreuses. Il a publié aussi plusieurs recueils de poèmes, dont « Le Cœur ailleurs, Le passage à l'aube et Ces seins nus qu'on arrache aux soleils ».